Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Quilaztli, un petit monde d'histoire

Blog Histoire, voyages, animaux, recettes. Je fais mes articles au gré de mes envies....Si certains veulent rajouter des infos n'hésitez pas à commenter, je répondrais. Mais ici, c'est le respect avant toute chose, commentaire insultant ou n'étant pas correct ne sera pas publié! Ici c'est un partage d'idées, d'infos et cela, en toute sympathie. Vous pouvez me retrouver sur ma page FB : Quilaztli un petit monde d'histoire

Pépi 1er, Egypte

Publié le 30 Avril 2013 par Quilaztli dans Histoire

 

Pépi 1er

 

 

 

 

pepi-I04.jpg 

Pépi 1er est  un roi Egyptien de la VIe dynastie qui a connut un long règne de - 2298 à - 2255.

 

Son avènement ne suit pas immédiatement la mort de Téti son père. Celui-ci aurait été assassiné d'après Manéthon.

 

Téti était le premier roi et le fondateur de la VIe dynastie égyptienne. On lui compte environ 30 années de règne.

 

Manéthon de Sebennytos est un prêtre égyptien qui a écrit l'histoire de l'Egypte en 3 volumes et en grec sous le règne de Ptolémée II.  

 

 

pepi-au-musee.jpg

Les avis de certains historiens sont divergents concernant le rôle exact qui fut joué par Ouserkarê dans la succession. Celui-ci occupe quelques temps le trône entre la mort du père et l'avènement du fils. Il reste 2 ans environ sur le trône.

 

Toujours d'après les historiens, Ouserkarê aurait partagé le trône, en tant que régent, et surtout avec la veuve de Téti 1er qui se nomme la reine Ipout 1ère, le temps que le prince héritier ait l'âge d'exercer le pouvoir.

 

Ipout 1ère est la fille d'Ounas, pharaon de la Ve dynastie et de Khenout. Elle épouse Téti légitimant alors son accession au trône et assurant la continuité entre les 2 dynasties.

 

 

pepi-jeune.jpg

 

Famille de Pépi 1er

 

Pépi Ier

 

Naissance       Date inconnue           

Décès  Date inconnue

Son Père : Téti

 

Grand-père paternel inconnu

 mère de Téti  : Seshseshat

 

Sa Mère : Ipout Ire

Ounas (mère de Ipout)

Khenout (père)

 

 

Fratrie

Fratrie inconnue

 

 

1re épouse de Pépi 1er

** Ânkhésenpépi Ire 

 

Leurs enfants :         

Neith

Mérenrê Ier

 

 

2e épouse de Pépi 1er

** Ânkhésenpépi II

Enfant(s) :     Pépi II

 

 

 

3e épouse de Pépi 1er

 

** Haaherou qui fut très longtemps confondu avec la demi-sœur de Pépi Ier, Méhaâ

Enfant(s) :     Horneterikhet

 

 

4e épouse de Pépi 1er

 

** Nebouenet (ou Noubounet ou Nebojeftet ou Nubwenet ou Nubunet)  

Enfant(s) : pas d'enfant connu

 

 

5e épouse de Pépi 1er

 

** Inenek Inti

Enfant(s) :     pas d'enfant connu

 

 

6e épouse de Pépi 1er

 

 

** Méritâtès, il est possible qu'elle fut plutôt une épouse de Pépi II.         

Enfant(s) :     pas d'enfant connu

 

 

7e épouse de Pépi 1er

 

** Nedjeftet, cette reine n'est pas attribuée avec certitude à Pépi Ier        

Enfant(s) :     pas d'enfant connu

 

 

8e épouse de Pépi 1er

 

*** Béhénou, cette reine n'est pas attribuée avec certitude à Pépi Ier        

Enfant(s) :     pas d'enfant connu

 

 

Pépi 1er épouse successivement les 2 filles du nomarque d'Abydos, Khoui et de Nebet.

Cependant, les historiens ne sont pas tout à fait unanimes sur le fait que la première épouse de Pépi 1er fut une fille de ces derniers car elle est aussi donnée comme sa demi-sœur.

 

Il aura un fils avec sa 2e épouse dont il aura un fils qui sera roi : Mérenrê 1er.

 

 statue-de-Pepi.jpg

 

 

 

Son règne

 

Son règne est différent pour beaucoup ....

 

Période           Ancien Empire

Dynastie         VIe dynastie

Fonction         roi

Prédécesseur   Ouserkarê

 

Dates de règne          

 

-2289 à -2255 (selon J. P. Allen, un égyptologue américain né en 1945)

-2310 à -2260 (selon J. von Beckerath)

-2295 à -2250 (selon D. Franke, un égyptologue allemand, auteur en 1984 d'une chronologie des rois du Moyen Empire Egyptien)

-2280 à -2243 (selon J. Málek, un égyptologue, conservateur des archives du Griffith Institue d'Oxford))

-2354 à -2310 (selon D. B. Redford).

Successeur :    Mérenrê Ier, le fils de Pépi 1er

Passation du pouvoir, cause de mort naturelle

 

 

 

pepi-I05b.jpg

Pépi 1er est un souverain énergique et entreprenant. Il règne plus d'un demi siècle et certains textes font état d'une conspiration dirigée contre lui et dans laquelle était impliquée l'une de ses femmes.

 

Il sera secondé dans son règne par des ministres très compétents et efficaces comme Ouni.

Ouni était un vizir du pharaon, il portait également les titres de Gouverneur de Haute Egypte et de Général des armées du Roi.

Il laissera son autobiographie dans son tombeau à Abydos.

Pépi 1er sait bien assurer la protection de son peuple et la prospérité. La seule ombre du règne que nous pouvons connaitre c'est le complot contre Pépi dans lequel est impliqué l'épouse royale Amtès.

Ce complot échouera et Pépi va confier l'affaire à Ouni.

 

 

Pepi-I-8.jpg

Pépi confie aussi l'administration des pyramides, et tout en particulier le culte funéraire de Khephren et de Mykérinos à Mérynéfer qui est un prêtre-ouâb.

 

Mérynéfer est plus connu sous le nom de Qar

 

. Hors de son pays l'Egypte, Pépi 1er mène des expéditions militaires contre les Âamou. Ce sont des peuplades bédouines qui menacent les frontières nord est du royaume de Pépi.

 

Le commerce entre l'Egypte et les pays étrangers comme la Nubie et Byblos sont très florissantes.

 

L'époque très heureuse de Pépi 1er va continuer sa montée en puissance, le poids politique va être croissant face au pouvoir royale.

 

C'est pour cette raison que le roi Pépi va affermir son pouvoir sur la Moyenne Egypte en épousant les filles de Khoui et Nebet. Khoui étant un noble de la ville d'Abydos.

D'ailleurs le fils de Khoui nommé Djaou, deviendra le vizir de Mérenrê 1er puis de Pépi II.

 

Pépi 1er va aussi accorder à certaines institutions religieuses du pays des privilèges d'immunité.

Par exemple, il va les exempter des contributions au fisc royal. Ce genre de décret va se multiplier sous les successeurs de Pépi 1er, ce qui va gravement affaiblir l'autorité du roi.

 

 

pyramide-pepi-1er-de-nos-jours.jpg

 

 

La Sépulture de Pépi 1er

 

 

 

Pepi-I-3.gif

A - Pyramide du Roi 

B - Pyramide satellite

C - Chaussée

D - Entrée du temple funéraire

E - Entrée de la pyramide - Chapelle

F  - Temple intérieur

G - Mur d'enceinte

 

 

 

Pyramide de Pépi Ier

 

Type   Pyramide à faces lisses

 

Emplacement            Saqqarah

 

Date de découverte   1880

 

Découvreur   Mohamed Châhin, Auguste Mariette2

 

Fouilles          

 

1881 : Émile Charles Albert Brugsch

1966-1973 : Jean Leclant et Jean-Philippe Lauer

1979 : Audran Labrousse

1987-1988 : Audran Labrousse

1993-1997 : Audran Labrousse

 

Objets découverts

 

Textes des pyramides

Sarcophage en grauwacke avec inscription hiéroglyphique autrefois dorée

Coffre à canopes

Fragments de vases canopes en albâtre

Semelle de sandale royale

Fragments d'un pagne royal

Céramiques

 

 

 

Pepi-I-5.gif

A- Pyramide Satellite de Pépi I

B - Pyramide de Pépi I

C - Pyramide de Nebouenet

D - Pyramide de Inenek

E - Pyramide Ouest (Nedjeftet)

F  - Pyramide de Méritâtès

G - Pyramide d'Ânkhesenpépi I

H - Pyramide d'Ânkhesenpépi II

I  - Pyramide de Rêhérichefnakht

J  - Pyramide d'Haaherou

K - Tombeau d'Horneterikhet

L  -  Pyramide de Béhénou

M - Mastaba d'Ânkhnès

 

 

Pepi-I-4.gif

 

A - Entrée de la pyramide

B - Chapelle

C - Première chambre

D - Herses

E - Antichambre

F -  Magasins

G - Chambre funéraire

H - Temple funéraire

I  - Pyramide satellite

J  - Entrée

K - Chambre

 

 

 

pepi-1.jpg

 

Teti-le-pere.jpgTéti le père de Pépi 1er

 

momie-du-fils-Merenre.jpgMomie du fils de Pépi 1er, Mérenrê 1er

 

trombinoscope.jpg

 

 

Neith.jpg

Neith autre fils et frère de Mérenrê

 

Pepi-II.jpg

Pépi II, autre fils de Pépi 1er

 

3pepi1.jpgPépi 1er

 

 

pépi I

 

Pepi1.png

 

winifredBrunton8.jpg

Pépi 1er, oeuvre de Winifred Brunton.

 

pyramid-of-pepi-i.jpgPyramide de Pépi 1er

commentaires

Néfertari, Reine d'Egypte

Publié le 28 Avril 2013 par Quilaztli dans Histoire

 Néfertari, Egypte

 

 

 

 

Nefertari-2b.jpg

Néfertari est aussi connue sous le nom de Néfertari Merytmut.  Elle était l'une des plus grandes épouses royales de Ramsès le Grand.

Néfertari Merytmut signifie "belle compagne" et "bien-aimée de la déesse Mut".

 

Néfertari est l'une des meilleures reines égyptiennes connues, à côté de Cléopâtre, Néfertiti et Hatshepsout.

 

Sa tombe fut richement décorée et c'était la plus grande, la plus spectaculaire de la Vallée de Reine. Ramsès a également construit un temple pour elle à Abu Simbel à côté de son monument colossal.

 

Les différents titres de Néfertari

 

Néfertari a eut différents titres :

 

Dame de Grace

Grandes louanges

Sweet of Love

Epouse du Grand Roi

Epouse du Grand Roi sa bien-aimée

Dames des 2 terres

Dame de toutes les terres

Maîtresse de Haute et Basse Egypte

Epouse du Dieu

...

 

400px-Abu-Simbel_temple2.jpg

 

Sa famille

 

Les antécédents familiaux de Néfertari sont plus où moins inconnus. La découverte de sa tombe avec une cartouche du pharaon Ay a amener les gens à spéculer qu'elle était lié à lui.

On dit alors qu'elle serait issue d'une puissante famille d'Akhmim.

 

Néfertari fut mariée avec Ramsès II avant qu'il ne monte sur le trône.

Néfertari aurait eu au moins 4 fils et 2 filles :

 

* Amun-her-khepeshef, aîné et prince héritier, commandant des troupes

 

* Pareherwenemef, il servait dans l'armée de Ramsès II

 

* Prince Meryatum qui fut élevé au rand de grand prêtre de Rê dans Héliopolis.

 

* Prince Meryre, qui fut mentionné sur la façade du petit temple d'Abou Simbel (on pense que c'est un autre fils de Néfertari)

 

Puis les 2 filles : Meritamen et Henoutlaouy qui sont représentées, elles aussi, sur la façade du temple d'Abou Simbel et donc supposées être les filles de Néfertari.

 

 

Meritamen-fille-de-Nefertari.jpg Méritamen sa fille

 

 

 

Il y a d'autres suggestions concernant les filles de Néfertari comme les princesses nommées Bak et Mut, Nebettawy mais il n'existe aucune preuve concrète de ce lien de parenté.

 

 

Néfertari Meryenmout

Naissance   v. -1302      Décès v. -1249 (an 30 du règne de Ramsès II)

Père  Nakhtmin (incertain)   Grands-parents paternels

Aÿ (incertain)

Tiyi II (incertain)

Mère Moutnedjemet (incertain)     Grands-parents maternels

Aÿ (idem)

Tiyi II (idem)

Fratrie        Tanedjemet (fille de Horemheb) (incertain)

Prématuré mort-né (enfant de Horemheb) (incertain)

Mari Ramsès II   Enfant(s)   Amonherkhépeshef

Parêherouenemef

Mériamon

Amonemouia

Séthi (incertain)

Méryrê

Mériatoum

Baketmout

Néfertari II

Mérytamon

Nebettaouy

Hénouttaouy

 

 

 

 

Ankh_isis_nefertari.jpg

Biographie de Néfertari

 

Néfertari apparait tout d'abord comme l'épouse de Ramsès II dans les scènes officielles au cours de la première année de règne de Ramsès.

 

Dans la tombe de Nebwenenef, Néfertari est représentée derrière son mari.

Il élève Nebwenenef au rang de grands prêtres d'Amon lors d'une visite à Abydos, au cours de la 19e dynastie. Avant cela Nebwenenef était au service du Souverain Sacrificateur de Anhur, du souverain sacrificateur de Hathor sous le règne de Séthi 1er et même plutôt.

 

 

Néfertari apparaît aussi dans une autre scène à côté d'une stèle. Elle est représentée secouant 2 sistres devant Taweret, Thot.

 

Un sistre est un instrument de musique de la famille des percussions.

 

 

Thot.png THOT

 

 

Tawaret.png TAWARET

 

 

 

 

Néfertari est très importante dans les scènes de Louxor et Karnak.

Dans une des scènes de Louxor, elle conduit des enfants royaux.

Une autre scène montre Néfertari au Festival du mât d'Amun-Min.

Le roi et la reine sont présentés pour superviser la construction de mât avant Amen-Rê.

 

Le discours de Néfertari est enregistré au cour de cette cérémonie :

 

"Votre fils bien-aimé, le Seigneur des deux terres, Usermaatre Setepenre, est venu vous voir dans votre belle manifestation. Il a créé pour vous le mât. Puissiez-vous lui accorder l'éternité en tant que roi, et la victoire sur ceux qui se rebellent contre Sa Majesté''

 

Néfertari apparaît comme l'épouse de Ramsès II sur de nombreuses statues de Karnak et de Louxor.

 

 

 

nefer.JPG

Dans Thèbes, elle est mentionnée sur un groupe de statue de Deir El-Bahari, sur une stèle et des blocs aussi.

 

Le plus grand honneur décerné à Néfertari est cependant à Abou Simbel.

Elle est représenté sous forme de statue au grand temple et le petit temple lui est dédié, ainsi qu'à la déesse Hathor.

 

Ce projet fut lancé un peu plus tôt dans le règne de Ramsès II et il semble qu'il fut inauguré pour ses 25 ans de règne mais terminé 10 années plus tard.

 

L'importance de Néfertari à la cour est corroborée par des cunéiformes comprimés de la hitttie, ville de Hattusas (aujourd'hui, Bogâzköy en Turquie)

Ces cunéiformes contenaient la correspondance de Néfertari avec le roi Hattusili III et son épouse Pudukhepa. Néfertari est connue pour avoir envoyé de nombreux cadeaux à Pudukhepa.

 

Cuneiforme.jpg

CUNEIFORME

 

 

Néfertari est aussi représentée aux festivités inaugurale à Abou Simbel en 24.

Sa fille Meritamen prend part à la place de sa mère sur certaines scènes. On dit alors que Néfertari aurait été en mauvaise santé à ce moment-là.

 

Après sa mort, Néfertari fut enterrée dans la tombe QV66 dans la Vallée des Reines.

 

La tombe 66 dans la vallée des Reines

 

Le tombe de Néfertari, QV66, est l'une des plus importante dans la Vallée des Reines.

Le tombeau a été volé dans l'antiquité.

En 1904, il fut redécouvert et fouillé par Ernesto Schiaparelli. (né le 12 juillet 1856, mort le 14 février 1928) Ernesto est un italien égyptologue, né en Italie.

 

 

 

Ernesto_Schiaparelli.jpg ERNESTO SCHIAPARELLI

 

 

Plusieurs articles de la tombe, y compris les bracelets en or, des chiffres Shabti et un petit morceau d'une boucle d'oreille sont maintenant dans le musée des arts de Boston. D'autres Shabti sont dans le musée du Caire.

 

 

morceau-d-un-bracelet.jpg

 

Néfertari Meryenmout

Type Hypogée

Emplacement      QV66

Date de découverte       1904

Découvreur         Ernesto Schiaparelli

Objets découverts        

Sarcophage fragmentaire en granit rose

Cercueil momiforme fragmentaire en bois recouvert d'or

34 ouchebtis au nom de Néfertari

3 grands vases fragmentaires

Restes de momie bandelettés

Vases en albâtre fragmentaires

Émaux

Restes de mobilier funéraire

Poignée de couvercle de coffre en émail bleu foncé en forme de fleur de lotus au nom de Aÿ

Amulette

 

 

 

La tombe fut redécouverte durant la 2è campagne de fouille de Schiaparelli sur le versant nord du ouadi principal.

L'égyptologue va alors tomber sur des escaliers et il aperçoit une peinture représentant l'horizon entouré par 2 yeux oudjat et des déesses Nephtys et Isis en adoration.

Il trouva aussi 2 cartouches au nom de Néfertari.

 

L'égyptologue découvrit que la tombe avait déjà été ouverte et pillée.

 

 

 

GD-EG-Nefertari-map.jpg

Avec les trouvailles dites au-dessus, Schiaparelli trouva aussi une fleur de lotus en émail bleu foncé qui servait surement de poignée au couvercle d'un coffre au nom de Aÿ. Dans une niche creusée dans le mur du fond et recouverte d'une plaque de plâtre, il découvre une amulette.

 

La tombe ne contenait pas beaucoup d'objets mais cette tombe est considérée comme la plus belle d'Egypte à cause de ses décorations, des ses couleurs vives et au style précis. Le tout étant intact.

 

Malheureusement des infiltrations d'eau ont affaiblies la tombe et il a fallu la consolider au niveau des murs.

 

Elle était fermée aux visiteurs en 1950 pour  pouvoir la restaurer et elle ne fut ré ouverte qu'en novembre 1995.

Mais l'admission des visiteurs est stricte et très règlementée. Le coût de l'entrée est très élevé ce qui fait que le nombre des visiteurs est moindre et limité. Il faut absolument préserver les magnifiques décors qui ornent la tombe.

 

Une réplique grandeur nature a été reconstituée dans le sous-sol du Musée de Tessé au Mans. (France)

Voici la reprodution : 

 

 Musee-de-Tesse--reproduction-de-la-tombe-de-Nefertari-.JPG

A découvrir absolument le site du Musée : http://passion-egypte.fr/site/index.php/albums-photos/le-mans-musee-de-tesse

 

Il y a des diaporamas de la reconstitution. 

 

 

 

 

LA-REINE-NEFERTARI-EN-ADORATION.jpg

 

Nefertari-3.jpg

 

Nefertari-4.jpg

 

nefertari2.gif

 

QV66-5.jpg

 

tombe-nefertari-746019.jpg

 

vestibule.jpg

 

nefertari-tomb-photo.jpg

 

nerfer.jpg

 

nerfertari_anubis.jpg

 

Vallee-des-reines.jpgLa Vallée des Reines

 

 

Nefertari-5.jpg

 

Nefertari-10.jpg

 

Nefertari-tenant-un-sistre.jpg

Néfertari tenant un Sistre

 

nefertari_papyrus_afterlife.jpg

 

nefertari-1.jpg

 

nefertari01.jpgLa Momie de Néfertari

 

plan-nefertari.jpg

commentaires

Nectanebo 1er, Egypte

Publié le 27 Avril 2013 par Quilaztli dans Histoire

Nectanebo 1er

 

 

 

 

 

 

2.jpg

Il est l'un des derniers égyptiens sur le trône du pays. Nectanebo 1er ou encore Khéparka Rê, régna de - 380 à - 362.

 

Il fut un très grand constructeur des principaux temples de l'Egypte réunifiées pour la dernière fois par des souverains d'origine locale. Il fut aussi reconstructeur des temples.

 

Nectanebo 1er construisit à Saïs (ville d'Egypte antique qui se situait sur la branche canopique du Nil dans le delta occidental) et à Bubastis (ou Tell Basta, actuelle ville de Zagazig qui se trouve au nord ouest de Tell basta). Là-bas, on a retrouvé des reliefs jubilaires bien qu'il n'ait pas atteint le nombre de règnes nécessaire pour procéder au jubilé du Heb sed.

 

 

505px-LimestoneFragmentNameOfNekhtnebef-PetrieMuseum-August.jpg

Heb Sed est une fête du jubilé célébrée traditionnellement à partir de la 30è année de règne d'un pharaon. Elle fait partie de la tradition pharaonique qui commença avec les premières dynasties, comme celle sous Pépi 1er et qui perdurera jusqu'à la XXIIe dynastie.

 

Pépi 1er était un roi de la VIe dynastie qui a connu un long règne.

 

 

Nectanebo 1er intervint également en embellissant le sanctuaire du dieu Rê à Héliopolis.

Héliopolis est la ville du Soleil. Elle était la capitale du 13è nome de Basse Egypte.

 

Pour embellir le sanctuaire, Nectanebo 1er mit des lions couchés au nom de Rê. A l'heure actuelle, ces lions se trouvent à Rome où ils avaient été importés pour le temple d'Isis de la capitale impériale. Initialement, ces lions devaient orner l'entrée principale d'un des sanctuaires de la ville du Soleil.

 

Nectanebo 1er continuait ainsi l'œuvre de ses prédécesseurs et se rattachait encore davantage à la tradition saïte.

 

 

 

267997.jpg

 

Nectanebo 1er

Période       Basse époque

Dynastie     XXXe dynastie

Fonction    Pharaon

Prédécesseur        Néphéritès II

Dates de règne    -380 à -362

Successeur Téos

 

 

 

 

 

foto58.jpg

Il est le fils de Djedhor, prince de Sebennytos et soutenu par le clergé de Saïs.

Nectanebo 1er prend alors le pouvoir à Mendès en écartant Néphéritès II.

 

Néphrérites II est un pharaon de la XXIXe dynastie dont il est le 4è roi et le dernier aussi. Il est le fils d'Achôris. Il fut rapidement détrôné ou assassiné par Nectanebo 1er. Néphérites II est connu pour ses sources littéraires mais aucun monument n'a été découvert à son nom jusqu'ici.

La succession de Néphérites avait été complexe, révélant les rivalités des différents partis qui gouvernaient le pays.

 

Si Achôris réussit à stabiliser les tendances à son profil lors de son règne et qu'il sut maintenir en échec les troupes perses, Néphérites quant à lui fut rapidement débordé et ne put résister bien longtemps aux ambitions du prince de Sebennytos.

 

A la mort d'Achôris, Nectanebo revendique son statut comme le seul héritier légitime de la lignée de Néphérites 1er et en - 380, il réussit à monter sur le trône.

 

 

Achôris  Achôris

 

 

Nectanebo fut soutenu par l'armée et le parti anti-perse grec qui était très présent et un allié traditionnel de l'Egypte.

Ils précipitèrent les évènements à cause de la menace d'une nouvelle invasion du pays par les troupes d'Artaxerxés II. Ce dernier était un roi de Perse de - 404 à - 358. Il avait le plus long règne d'un souverain de la famille des Achéménides. Il fut aussi très brièvement pharaon d'Egypte avant que celle-ci ne se révolte en - 404, - 402.

 

Mais l'affrontement sera inévitable en - 373.

Nectanebo aura une défaite avec ses troupes dans le delta puis ils vont reprendre l'initiative lors d'une dissension entre les Perses et leurs alliés Grecs.

 

 

 

lion-signe-par-Nectanebo.jpg

Nectanebo a profité de la crue du Nil au début de l'été pour contre attaquer et décimer les troupes perses en isolant les 2 alliés.  Devant cette catastrophe, la flotte grecque fait défection et le reste de l'armée du Grand Roi est alors chassée du delta du Nil qui était devenu un bon piège.

 

Cette victoire offrit un bref répit d'une trentaine d'années à l'Egypte. Le règne de Nectanebo 1er fut le départ d'un renouveau de la puissance du pays et pour encore quelques décennies vis à vis de la Perse.

 

Nectanebo 1er ouvre une nouvelle période de prospérité pour l'Egypte avec une bonne reprise du commerce avec le levant et la Grèce avec qui la confiance se restaure au fur et à mesure suite à la victoire contre l'envahisseur perse.

 

Nectanebo 1er se montre très actif car il commence à restaurer les temples ruinés dans tout le pays. Parmi ces temples il y a ceux de Louxor et de Philae. ( Philae est une île d'Egypte qui fut submergée durant les années 1970. Elle contenait les ruines des temples.)

 

 

necta.jpg

Il reconstruit les grandes enceintes des sanctuaires principaux comme ceux de Tanis, Héliopolis et même Memphis. (c'était la capitale du premier nome de Basse Egypte, ses vestiges se trouvent près des villes de Mit-Rahinet et d'Helwan au sud du Caire)

 

Il restaure aussi les lois et en réalise de nouvelles au travers de grands décrets sur des stèles en granit qui furent placées dans chacune des grandes cités de l'Egypte.

 

Le fameux décret de Naucratis [ Naucratis est une ville du delta, "la ville qui a le pouvoir sur les navires". ] Ce décret fixe les taxes sur chaque marchand étranger, notamment grec, qui emprunte le delta. Ce marchand devait verser la taxe au temple de Neith à Saïs.

 

Récemment un exemplaire de cette stèle a été découvert non loin d'Alexandrie, au large de d'Aboukir.

 

NectaneboI-Stele.png

Nectanebo 1er fit construire plus à l'ouest, dans l'oasis de Khargeh, à Hibis, un temple consacré à Amon. Ce temple est continuellement embelli par ses successeurs à l'instar des autres temples égyptiens bien plus connus.

 

Nectanebo fonde aussi, à Abydos, un temple. C'est là que fut trouvé un naos fragmenté qui est actuellement exposé au Musée égyptien du Caire.

 

C'est à partir de son règne que l'on voit aussi apparaitre le premier Mammisi de Dendérah (voir mes autres articles sur l'Egypte, pages précédentes).

 

 

nectanebo.jpg

Nectanebo va aussi développer le site de Karnak en commençant l'édification du tout premier pylône du temple mais aussi en le protégeant par une enceinte en briques crues. Il va faire de même pour le temple de Louxor et il va réaménager le grand dromos qui précède le temple d'Amon-Min dont les sphinx portent tous sa titulature.

 

 

Le Dromos est une allée qui est généralement bordée de sphinx et qui prolonge vers l'extérieur l'axe du temple pour le relier à un autre édifice.

 

nectanebo1-4.jpg

 

Pour finir, c'est de son règne que date le premier état du sanctuaire d'Isis au temple de Philae près d'Assouan et aussi le kiosque qui accueille désormais les visiteurs de l'île sacrée. 

 

inscription-sur-le-sarcophage.jpg

Sur le sarcophage de Nectanebo 1er

 

son-sarcofage.jpg

 

nectanebo-tombe-au-musee.JPG

 

Relief-nectanebo.jpg

 

neta-et-isis.jpg

Nectanebo 1er et Isis

commentaires

le Temple de Louxor, Egypte

Publié le 26 Avril 2013 par Quilaztli dans Histoire

Le Temple d'Amon de Louxor, Egypte

 

 

 

 

plan-temple-louxor.jpg

Le temple d'Amon à Louxor est un temple égyptien qui est voué au culte d'Amon.

Le temple est situé au cœur de Thèbes et il fut construit sous les XVIII et XIXe dynasties.

 

Le temple était consacré au dieu Amon sous ses 2 aspects : Amon-Min une divinité ithyphallique. (Adjectif qui désigne celui qui a un phallus en érection) et Amon-Rê (dieu le plus important de la mythologie égyptienne)

 

Les parties du temple les plus anciennes remontent à Amenhotep III et à Ramsès II.

De nouveaux éléments au temple furent rajoutés par Chabaka (Roi de Napata et pharaon de - 716 à - 702, successeur de Piânkhy) et par Nectanébo 1er ( il régna de - 380 à - 362, il fut l'un de derniers égyptiens à être sur le trône d'Egypte.) et pour finir par les Lagides. (ils font partie de la dynastie des Ptolémées)

 

 

 

1838.jpg  En 1838

 

 

A l'époque Romaine, le temple d'Amon fut transformé en camp militaire. L'édifice a gardé de nombreuses structures en élévation. Outre le grand pylône, si vous visitez le site, vous pouvez traverser 2 grandes cours à péristyle (galerie à colonne qui fait le tour à l'extérieur ou à l'intérieur d'un édifice)  et une colonnade très importante qui relie ses 2 cours.

 

Le sanctuaire, résidence de l'Amon d'Opet, ainsi que les salles ont conservés en grande partie leur couverture de dalles.

 

 

louqsor_entree-1838.jpgEn 1838, l'entrée du temple

 

 

 

Histoire du temple d'Amon

 

 

C'est Amenhotep III qui commanda la construction du temple à son architecte et fils, Amenhotep fils de Hapou.

Ce dernier fit un temple très complet avec naos, sanctuaire de la barque solaire, salle des offrandes et une antichambre.

Cette antichambre avait des chapelles reposoirs qui étaient destinées à la triade thébaine.

La triade est un ensemble composé de trois dieux de la mythologie égyptienne adorés dans la ville antique de Thèbes.

 

Ces 3 divinités sont : Amon (le caché) époux de Mout et père de Khonsou

Mout (la mère) femme d'Amon et mère de Khonsou

 

Amon-et-Mout.png

 

Khonsou (le voyageur) fils d'Amon et de Mout.

 

 

Khonsou.jpg

Le tout est précédé d'une salle hypostyle qui est ouverte sur une grande cour carrée qui se nomme la cour solaire. Elle est bordée sur les 3 côtés par une double rangée de 64 colonnes papyriformes.

 

La salle de culte s'élève sur une plateforme et celle-ci porte une longue inscription dédicatoire.

 

Le temple a des proportions imposantes mais le tout reste harmonieux. La salle fut complétée par une colonnade processionnelle d'accueil très haute. Elle mesurait plus de 20 mètres de haut et formait un kiosque qui marquait l'entrée du temple.

 

Amenhotep fils réutilisa des éléments dans le massif pylône comme il l'avait fait pour Karnak, au niveau de la cour de son père. Amenhotep III avait surement détruit ou remanié un temple plus ancien devant lequel devait se trouver la chapelle reposoir édifiée par la reine Hatchepsout. La structure interne était en grande partie constituée de blocs qui provenait d'un autre édifice. Ces blocs sont difficiles d'accès mais visibles dans certaines parties du temple.

On y a retrouvé des cartouches de Thoutmôsis IV.

 

Hatchepsout était une reine pharaon, le 5e souverain de la XVIIIe dynastie de l'Egypte antique.

 

Hatchepsout.jpg

 

L'Opet du Sud constitue un rare exemple de fondation divine du Nouvel Empire qui soit aussi bien conservé et préservé. Même si les murs ont eut quelques soucis dans les différentes parties du monument, écroulements ou réutilisés. La vue permet d'admirer les colonnades depuis l'extérieur du site.

 

Durant la réforme religieuse du pharaon Akhénaton, le temple fut délaissé. Les travaux reprirent sous le règne de Toutankhamon et Aÿ. Ils achevèrent la décoration des murs de la colonnade processionnelle et y ajoutèrent des scènes de la fête de l'Opet.

 

Ramsès II y ajouta le pylône, dont le parvis était orné de 6 colosses. Il y en avait 2 assis et 4 debout. Tous ses colosses étaient à son nom ainsi que les obélisques et une 2e cour à portiques d'un style typique de la XIXe dynastie. Les colonnes étaient massives et rappelaient celles des bas côtés de la salle hypostyle de Karnak.

 

 

1390temple-louxor.jpg 

Ramsès II rajouta aussi ici les colosses, les alternant avec des colonnes tandis que 2 autres colosses étaient assis et précédaient l'entrée de la colonnade processionnelle d'Amenhotep III.

 

L'architecte de Ramsès tint compte d'une triple chapelle reposoir d'Hatchepsout pour édifier la nouvelle cour. Cela explique donc l'axe du monument qui est déporté vers Karnak. On ne s'en aperçoit pas du premier regard mais il est impossible d'avoir depuis le pylône, une vue axiale du temple. La perspective étant bien brisée.

 

En 1830, 2 obélisques furent offerts au roi de France Charles X par Méhémet Ali. Mais finalement, c'est celui de droit qui fut abattu et transporté vers la France où il trône depuis 1836 au niveau de la place de la concorde à Paris.

 

 

Egypt2004_11_Louxor_temple-2-.jpg

 

 

concorde3.jpg

C'est Jean-françois Champollion qui fut chargé par le roi de choisir lequel des 2 monuments devait être en premier envoyé en France. A ce moment-là, les 2 obélisques étaient recouvertes de sable.

 

La légende veut que le savant se soit décidé à prendre celui de droite car en vérité, c'était le plus petit et le plus abîmé. Le transport du monolithe se fit très longtemps après la mort de Champollion et l'obélisque fut érigée en grande pompe le 25 octobre 1836, 4 années exactement après la mort du savant.

 

En remerciement, Louis-Philippe offrit une horloge qui orne encore aujourd'hui, la cour de la mosquée de Méhémet-Ali dans la ville du Caire. Elle fut abîmée durant le voyage et aux dires des habitants du Caire, l'horloge n'a jamais fonctionnée.

 

 

concorde.jpg

Le 2e obélisque n'a jamais quitté l'Egypte et fut officiellement "rendu" en 1981 par la France. C'était au début du septennat de François Mitterrand.

 

Jusqu'à la Basse époque, le temple continua à s'agrandir.

 

Les pharaons nubiens de la XXVe dynastie ajoutèrent un mur d'enceinte et un kiosque à colonnes formant une avant-cour. L'enceinte fut réaménagée puis restaurée par les Nectanébo de la XXXe dynastie.

Ils firent d'ailleurs de même pour tous les autres temples de Thèbes.

Ils construisirent aussi l'allée de sphinx qui reliait Karnak à Louxor et un petit temple qui fut dédié à Isis.

 

 

19010112-1-z.jpg

Plus tard, le développement du temple fut abandonné. Alexandre le Grand réaménagea la salle de la barque. Alexandre le Grand était un roi de Macédoine et un personnage célèbre de l'Antiquité.

 

Il fit enlever les 4 colonnes qui soutenaient le plafond, on peut encore en apercevoir les bases.

 

A l'époque Grecque, les tout premiers monarques apportèrent une grande attention aux sanctuaires de la ville sainte de Thèbes.

 

 

78028610_o.jpg

A la fin de l'époque Romaine, le temple fut converti en camp militaire.

Les prêtres enfouirent des séries d'images divines et royales dans une favissa qu'ils avaient aménagée dans la cour solaire d'Amenhotep III.

Ces statues, uniques en leur genre pour certaines, furent découvertes en 1989.

Elles sont actuellement exposées au musée de Louxor.

 

Finalement, le temple mesure 260 mètres de long sur 50 mètres de large.

Le temple de Louxor est immense.

 

Visite virtuelle du Temple de Louxor :

http://pano4d.ru/index.php?option=com_content&view=article&id=53&Itemid=64

 

 

Ecritures_du_passe_au_temple_de_Louxor.jpg

 

Egypt2004_11_Louxor_temple-3-.jpg

 

Egypt2004_11_Louxor_temple-4-.jpg

 

Egypt2004_11_Louxor_temple-10-.jpg

 

Egypte-Temple-Luxor-2.JPG

 

loux.jpg

 

Louxor.jpg

 

louxor_jules.jpg

 

sphinx-a-l-entree-du-temple-de-Louxor.jpg

 

temple-copie-1.jpg

 

Temple_de_Louxor-2-EGYPT.jpg

 

Temple_Louxor_Toutankhamon_Ankhesenamon.jpg

 

Temple_of_Amenhotep-_Luxor.jpg

 

Egypt2004_11_Louxor_temple-2--copie-1.jpg

 

concorde2.jpgobélisque restaurée à Paris

 

Les-grandes-colonnades.JPG

 

Louxor-3.jpg

 

louxor5.jpg

 

louxor--temple-de-louxor-statue.jpg

 

ramses-statue-louxor.jpg

 

photos-temple-louxor.jpg

commentaires

Le Temple d'Horus, Egypte

Publié le 25 Avril 2013 par Quilaztli dans Histoire

Le Temple d'Horus, Egypte

 

 

 

C---Temple-d-Horus1.jpg

 

Le temple d'Horus se situe à Edfou qui auparavant se nommait Behdet ou Béhédet ou encore Djébaou la ville du flotteur, Apollinopolis Magna en Grec).

Edfou est une ville de Haute Egypte et ce sont les Grecs qui lui ont donné le nom d'Apollinopolis.

 

Le temple est voué au culte d'Horus. C'est le plus grand temple de la dynastie des Ptolémées et le 2è sanctuaire d'Egypte après Karnak.

 

La dynastie des Ptolémées est une dynastie pharaonique qui est issue du général Macédonien Ptolémée qui règne sur l'Egypte de - 323 à - 30.

 

Il est donc situé à Edfou sur la rive gauche du Nil entre Louxor et Assouan et à 755 kilomètres de la ville du Caire.

 

Le temple fut construit entre - 237 et - 57. Il est consacré à la triade ou famille qui est composée du père Horus, de l'épouse Hathor et du fils Harsmotous.

 

Horus :

 

 

horus.jpg

Hathor :

 

 

 

Hathor.jpg

Harsmotous :

 

Harsmotous.jpg

 

Le temple d'Horus est l'un des temples les mieux préservés de l'Egypte.  La ville actuelle se nomme aussi Tell el-Balamoûn.

 

 

Histoire du temple

 

Le dieu de ce temple était un dieu faucon, l'Horus de Béhédet. C'est le premier nom donné au dernier dieu divin (le 5è) Horus d'Edfou.

Son nom signifie "celui de Béhédet" et "Apollinopolis" Magna pour les Grecs.

Horus de Béhédet est le dieu Horus dans sa représentation céleste. Il a pour épouse Hathor et pour fils Harsmotous.

 

 

1002559-Edfou_le_temple_dHorus.jpg

Ses attributs sont le chasse-mouche mystique et l'anneau d'or qui est le symbole d'éternité.

Béhédet fait partie d'un grand quartier populaire et religieux, ce quartier se situait en partie où se trouvait la demeure d'Horus, son temple.

 

Le temple s'affirme dès la plus haute antiquité, mais sa célébrité s'éleva à l'époque ptolémaïque.

 

C'est l'un des temples le mieux conservés : 137 mètres de longueur, 79 mètres de largeur et 36 mètres de hauteur pour les pylônes.

Le temple est construit sur un autre temple plus ancien et ses travaux débutèrent sous Ptolémée III en - 237.

Les travaux se terminèrent 180 années plus tard sous Tibère. Tibère est le 2è empereur romain de 14 à 37, il appartenait à la dynastie Julio-Claudienne.

 

11933891-paysage-autour-edfou-temple-d-39-horus-en-egypte-a.jpg

Les romains le remanièrent et la structure du temple fut presque semblable à celle de Dendérah.

Dendérah est une petite ville d'Egypte sur la rive ouest du Nil. La nécropole abrite des tombeaux. Le site est connu pour le temple d'Hathor.

 

Le temple entièrement construit en grès est remarquable par son plan harmonieux aux proportions totalement parfaites et sa conservation incroyable.

 

Le temple fut ensablé et dégagé par l'égyptologue Auguste Mariette.

 

Le temple était aussi complété par un ensemble de constructions qui étaient recouvertes par les maisons du village moderne.

Il y a seulement une vingtaine d'années, seul le mammisi était dégagé.

 

 

35415395.jpg

Le mammisi est une petite chapelle qui servait aux représentations des mystères de la naissance divine. Le terme fut inventé par Jean-François Champollion au XIXe siècle.

 

En 1877, Amélia Ann Blanford Edwards, une égyptologue, romancière et journaliste britannique écrivait, je cite :

 

« Il y a dix ans, seul le sommet des pylônes du grand temple d'Edfou était visible... Ses salles ornées de sculptures étaient ensevelies sous quarante pieds de terrain. Son toit en terrasse n'était qu'un amoncellement de huttes agglutinées, grouillant d'êtres humains, de volailles, de chiens.... »

 

On pénètre dans le temple par le grand pilône. Celui-ci est décoré d'énormes reliefs qui montrent les dieux et le roi, la cour est entourée d'une colonnade sur 3 côtés.

 

13214203-vue-generale-du-temple-d-39-horus-edfou-egypte.jpg

Le temple possède des inscriptions qui donnent tous les détails sur le culte quotidien rendu à Horus mais aussi sur les cérémonies qui marquent les plus grandes fêtes annuelles.

 

Les murs, les colonnes montrent aussi les rites accomplis par le roi.

Sur le mur de l'enceinte, il y a la fête qui célèbre la pose de la toute première pierre du temple.

On peut aussi découvrir les récits des guerres qui ont été livrées contre Seth par Rê et par Horus. La victoire est aussi présente sous forme d'hippopotames ou de crocodiles.

 

Sur l'imposante façade du pylône, on trouve des scènes plutôt classiques sur le massacre de grappes d'ennemis par le pharaon qui brandit une massue.

 

Au-dessus de la porte, un disque ailé est encadré d'uraeus, représente Horus entre 2 montagnes à l'horizon. Ces 2 montagnes sont évoquées par les 2 massifs du pylône. Ces pylônes sont creux et desservis par un escalier qui accède au toit.

 

edfou.jpg

Sur le toit, les prêtres astronomes montaient alors pour observer les étoiles.

 

En face du pylône, un mammisi est consacré au dieu Ihi qui est le fils d'Horus et d'Hathor.

Le mammisi fut conçu pour une occasion précise "la bonne rencontre".

Chaque année, Dendérah et Hathor venaient en bateau pour rendre visite à Horus, son époux. Ils étaient accompagnés par de nombreux pèlerins. Cette fête est dessinée sur le revers du pylône.

 

Deux portiques bordent la grande cour qui est dallée et au fond, se dresse une magnifique statue d'Horus faucon coiffé de sa double couronne et taillée dans un bloc de granit gris.

La statue garde l'entrée de la toute première salle hypostyle.

 

 

hor.jpg

La salle hypostyle est un espace fermé dont le plafond est soutenu par des colonnes.

 

A droite, il y a une petite bibliothèque où l'on conservait les papyri sacrés. Les papyri sont simplement les papyrus.

 

Lorsqu'on avance dans le temple, les plafonds s'abaissent, la lumière décroît et le sol se relève. Le lieu devient alors obscure et mystérieux.

 

 

horus.jpeg

Le 2è hypostyle est plus réduit et il est à gauche de la chambre des offrandes et d'un laboratoire.

La salle des offrandes lui succède et un escalier monte jusqu'à la terrasse où avaient lieu les cérémonies comme celle du nouvel an.

Les statues d'Horus et d'Hathor sont alors portées en procession puis exposées dans un kiosque aux rayons du soleil afin de les recharger en énergie divine.

 

Le vestibule qui précède le sanctuaire communique avec une cour du Nouvel An et une chapelle. C'est de là que partait le cortège.

 

 

temple.jpg

Un naos en granit du nom de Nectanébo occupe encore le centre du sanctuaire.

C'est là que l'effigie d'Horus qui était parée et ointe de baumes, recevait un service d'offrandes accompagné de musique et de prières, 3 fois par jour.

 

Le grand prêtre mettait ensuite un sceau d'argile sur la porte du naos et se retirait en reculant et en effaçant la trace de ses pas.

 

Nectanébo est le 3è et dernier pharaon de la XXXe dynastie et dernier souverain égyptien indépendant.

 

 

interieur.jpg

La 2è salle hypostyle est ponctuée de gargouilles à tête de lion.

 

Sur le côté Est est situé  l'escalier du nilomètre. La paroi ouest montre le combat d'Horus contre Seth.

Chaque année, la Fête de la Victoire d'Horus est célébrées par les prêtres. Ils transpercent alors les effigies de Seth et les dépècent. Seth est en hippopotame de cire et en pâte à gâteau. 

 

 

arriere-du-temple1.jpgArrière du temple d'Horus

 

arriere-du-temple.png

 

BarqueHorus.jpgla barque d'Horus

 

interieur-temple.jpg

 

Temple-d-Horus---Edfou---la-barque-d-Horus.jpg

 

la-barque.jpg

 

Deesse-Hathor.jpgla Déesse Hathor

 

horus-temple.jpg

 

MurSud.jpgMur du temple au Sud

 

relief.jpg

 

Temple-d-Horus---Edfou---fresques.jpg

 

temple-horus.jpg

 

temple-horus-edfou.jpg

 

temple_horus.jpg

 

310px-GD-EG-Edfou-map.png

 

Mastaba.jpg

 

Temple_Horus_Edfou.png

 

 

commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 > >>