Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Quilaztli, un petit monde d'histoire

Blog Histoire, voyages, animaux, recettes. Je fais mes articles au gré de mes envies....Si certains veulent rajouter des infos n'hésitez pas à commenter, je répondrais. Mais ici, c'est le respect avant toute chose, commentaire insultant ou n'étant pas correct ne sera pas publié! Ici c'est un partage d'idées, d'infos et cela, en toute sympathie. Vous pouvez me retrouver sur ma page FB : Quilaztli un petit monde d'histoire

Le camp de concentration de Moringen, Basse Saxe, Allemagne

Publié le 31 Janvier 2015 par Quilaztli dans Histoire

Le camp de concentration de Moringen, Basse Saxe,  Allemagne

Le camp de concentration de Moringen, Basse Saxe, Allemagne

Autre camp un peu moins connu que les autres.

Ce camp était situé à Moringen en Basse Saxe. La Basse Saxe est une région qui se situe au Nord Ouest de l'Allemagne.

Le camp de concentration de Moringen était un camp réservé aux hommes d'avril à novembre 1933. Date où le camp fut fermé. C'étaient des déportés qu'on allait transférer ou libérer.

De 1933 à mars 1938, ce fut un camp qui était réservé aux femmes. Il va recevoir des femmes venant de Saxe, Thuringe, Hesse-Darmstadt, Hambourg, Braunschweïg, Brème puis à partir de 1936, de Bavière.

1350 femmes y furent déportées et la plupart étaient des Témoins de Jéhovah.

Les femmes logent alors sous les toits dans des conditions très précaires car l'hiver dans la région est plutôt rude.

La surveillance est assurée par des "Aufseherin" à l'intérieur et par du personnel de la maison du travail à l'extérieur.

Ce ne sont pas des SS.

Les femmes travaillent dans les champs et si ce n'est pas possible, elles doivent réaliser dans le camp des travaux de couture.

Dans ce camp, le régime est relativement "doux" par rapport aux autres camps.

Il n'y a pas beaucoup de tortures, peu de brimades mais une pression psychologique constante malgré tout.

Comme je l'ai dis plus haut, le camp accueille des Témoins de Jéhovah mais aussi des communistes, des prostituées, les droits-communs, les sociaux démocrates et ce que l'on nommait les "souilleuses de race".

A partir de 1937, le camp des femmes se vide peu à peu. Il y a eut 3 grands convois et les détenues sont dirigés vers d'autres camps.

Ce camp fut fermé et les détenues furent ensuite envoyée vers Lichtenburg, un autre camp.

Le dernier convoi partira le 21 mars 1938.

Malheureusement de Lichtenburg, ces femmes partiront vers Ravensbrück c'est-à-dire vers l'enfer des camps de concentration et d'extermination.

A partir de 1940, et ce, jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le camp sera réservé aux jeunes âgés de 13 à 22 ans.

1400 jeunes y sont emprisonnés.

Moringen sera le premier camp de ce genre. Il fut crée par Reinhard Heydrich.

Reinhard Heydrich est né le 7 mars 1904 à Halle et décédé le 4 juin 1942 à Prague. C'est un officier Allemand, criminel de guerre nazi, SS Obergruppenführer.

Il joue un rôle très important dans la répression nazi et lors de l'élimination de la Sturmabteilung.

Il a aussi un grand rôle dans l'organisation de la Shoah!

C'était l'un des maillons de la terreur nazie!

Au camp de Moringen, les jeunes sont sélectionnés selon les traits de caractères et critères biologiques.

Après sélection, les jeunes vont être répartis dans différents bâtiments.

Bloc "d'observation" (B-Block)

Bloc des "inaptes" (U-Block)

Bloc des "gêneurs" (S-Block)

Bloc des "ratés définitifs" (D-Block)

Bloc des "ratés récupérables" (G-Block)

Bloc des "rééduqués potentiels problématiques" (F-Block)

Bloc des "rééduqués potentiels" (E-Block)

Bloc Stapo (ST-Block) réservés aux opposants politiques (par exemple les "Swingjugend")

Le camp de concentration de Moringen fut libéré le 9 avril 1945. Mais 3 jours auparavant avait eu lieu une évacuation en direction du Harz.

Ce camp n'était pas le seul dans le genre, il y a eut aussi des camps similaires comme Lodz qui était un ghetto où l'on mettait de jeunes enfants et jeunes polonais.

Le 2è était Uckermark qui était situé près de la ville de Berlin et ce camp était réservé uniquement aux jeunes filles et femmes.

Je n'ai pas trouvé beaucoup de photos pour illustrer ce camp. J'en suis navrée.

Si quelqu'un a des liens ou autres renseignements, n'hésitez pas à les mettre en commentaires.

Reinhard Heydrich.

Reinhard Heydrich.

commentaires

Klooga, camp de concentration, Estonie

Publié le 30 Janvier 2015 par Quilaztli dans Histoire

Klooga, camp de concentration, Estonie

Klooga, camp de concentration, Estonie

Un camp de concentration un petit peu moins connu que les grands camps comme Auschwitz, Tréblinka etc..

Le camp de concentration Klooga était un sous-camp du complexe de Vaivara. C'était un camp de travail forcé.

Le camp de Klooga est situé en Estonie, à l'ouest de Tallinn et il fut créé en 1942. Ce camp ne fut utilisé que pour les Juifs.

Klooga reçu entre 2000 et 3000 prisonniers Juifs en 1944.

Puis la majorité des prisonniers furent déplacés de force aux mois d'août et septembre 1943 vers les Ghettos de Vilna et Kovno qui se situent en Lituanie et en Lettonie.

Lorsque les Russes approchèrent des camps en été 1944, les Allemands ont déclaré vouloir évacuer les prisonniers. Mais voilà c'est en septembre que les massacres ont été plus important, les Allemands ont commencé à massacrer les prisonniers restants dans le camp.

Ils étaient au nombre de 2000 et très peu survécurent.

Il n'y a aucune liste de noms de victimes, ni des personnes qui ont pu échapper à ce massacre de septembre.

Par contre, il y a une base de données qui comprend 2186 prisonniers qui furent dans le camp de Klooga en juillet 1944.

La base de donnée possède les noms de famille, les prénoms, dates de naissance, dernière résidence, nombre de prisonniers et des commentaires.

Au cours de l'occupation allemande, l'Estonie faisait partie de la Reichskommissariat Ostland.

C'est-à-dire que c'était un régime civil d'occupation dans les pays Baltes comme l'Estonie, Lettonie, Lituanie), la partie nord est de la Pologne et la partie ouest de la Biélorussie durant la Seconde Guerre Mondiale.

Cette administration régissait les Etats Baltes, la Biélorussie et au fil du temps, les prisonniers arrivent au camp de Klooga. Des prisonniers soviétiques, politiques estoniens et bien entendu des Juifs.

Ces derniers constituaient la plus grande majorité dans le camp. Ils ont été déplacés de force comme je l'ai dis plus haut.

Il y a eut dans le camp aussi des criminels et des homosexuels.

Le camp de Klooga était entouré de barbelés. Les hommes étaient séparés des femmes et ils étaient logés dans de grands bâtiments avec 2 étages.

Le camp était gardé par des SS allemands et des membres du bataillon de police estonienne.

Les prisonniers dans le camp de Klooga étaient forcé de travailler. Ils récoltaient la tourbe, une matière organique formée par l'accumulation sur de longues périodes de matières organiques mortes comme des végétaux par exemple.

Les prisonniers travaillaient aussi dans les scieries, à l'usine, dans les briqueteries et ils fabriquaient aussi des sabots pour les prisonniers des camps.

Dans le camp de Klooga, les conditions étaient extrêmement difficiles. Au sein du camp, un groupe de prisonniers au nombre de 75 organisèrent la résistance. Mais malheureusement, les transfert des prisonniers étaient fréquents d'un camp vers l'Estonie et donc les plans furent contrecarrés. Difficile dans ces conditions de monter une résistance efficace.

Lorsque l'Armée Soviétique avança sur le camp de Klooga, en septembre 1944, la SS a décidé d'évacuer le camp et beaucoup de prisonniers furent envoyés à l'ouest par la mer vers le camp de Stutthof qui se situait près de Dantzig.

Un groupe de travail Allemand commença ensuite par exterminé le reste des prisonniers dans une forêt à proximité.

Environ 2000 victimes furent abattues et leurs corps furent empilés sur des bûchers afin d'être brûlés.

Le 22 septembre, l'armée soviétique entre dans le camp mais il ne reste que 85 prisonniers sur les 2400 restants avant l'évacuation par les Allemands.

Beaucoup ont réussi à survivre en se cachant à l'intérieur du camp, certains se sont échappés dans les forêts avoisinantes.

Les forces armées ont trouvé de nombreux bûchers en bois avec des cadavres empilés sur la gauche. Cadavres que les Allemands n'avaient pas eu le temps de brûler.

Le 1er Septembre 1994, un mémorial fut dressé à Klooga pour ne jamais oublier les Juifs qui ont été tués durant la Seconde Guerre Mondiale.

Le mémorial est sur l'ancien camp de concentration. C'est une pierre commémorative qui a été érigée à l'initiative de la Société Culturelle Juive, avec le soutien du gouvernement Estonien.

Klooga, camp de concentration, Estonie
Klooga, camp de concentration, EstonieKlooga, camp de concentration, EstonieKlooga, camp de concentration, Estonie
Le mémorialLe mémorial

Le mémorial

commentaires

Chelmno, Kulmhof Camp d'extermination Nazi, Pologne

Publié le 29 Janvier 2015 par Quilaztli dans Histoire

Chelmno,  Kulmhof Camp d'extermination Nazi, Pologne

Chelmno, Kulmhof Camp d'extermination Nazi, Pologne

Suite au 70è anniversaire du Camp d'Auschwitz, je remets mon blog au goût du jour avec de nouveaux articles sur les camps de concentration et d'extermination.

J'ai aussi remis les liens des anciens articles pour les personnes intéressées.

Le Camp d'extermination de Chelmno fut ouvert en 1941 en Pologne, Kulmhof (en Allemand).

C'était un camp Nazi et il fut l'un des premiers où le gazage fut utilisé pour assassiner les Juifs à grande échelle.

Le site de Chelmno a été choisi en raison de sa position dans la région de Warthegau (anciennement zone de la Pologne de l'Ouest, mais là faisant partie de l'Allemagne nazie).

Le Camp était à 47 kilomètres à l'ouest du Ghetto de Lodz.

C'est de là-bas que les victimes provenaient.

Chelmno possède un petit château qui appartenait à l'Etat. C'est l'une des parties du camp de Chelmno : le château et son parc de 3 hectares environ. Le château sera gardé par les SS et des Feldgendarmes et totalement interdit à la population.

Dans ce camp furent assassinées 320 000 personnes. Uniquement des Juifs du Ghetto de Lodz et de toute la région, sans compter les 5000 Roms qui avaient vécu dans le Ghetto.

Chelmno était composé de 2 sites. Le premier qui était situé dans une sorte de château connu sous le nom de Palace.

Il n'y avait aucun chemin de fer qui traversait le village de Chelmno alors les victimes arrivaient par le train à une station proche et ensuite, elles devaient marcher ou étaient chargés dans des camions puis amenées à la zone de réception du camp de Chelmno.

Le tout premier groupe qui arriva dans le camp, se présenta le 7 décembre 1941. Les exterminations eurent lieu dès le lendemain et les tueries dureront jusqu'en 1942.

En 1943, le camp fut démantelé car malheureusement tous les Juifs de la région avaient été exterminés sauf ceux de Lodz. C'était en mars 1943.

Puis les exterminations reprirent le 23 juin 1944 et tout s'arrêta définitivement le 17 janvier 1945.

Comme je l'ai dis plus haut le camp était en 2 parties : une section administrative avec des baraques et des hangars de stockage des biens qui ont appartenus à toutes les victimes passées par ce camp. Et l'autre section était le camp d'extermination avec ses bûchers et ses fosses communes.

Là 3 camionnettes étaient transformées en chambres à gaz mobiles et elles servaient à exterminer les victimes par injection de monoxyde de carbone.

Le camp ne possédait pas de chambre à gaz et la mise à mort s'effectuait grâce aux gaz d'échappement de camions qui étaient spécialement aménagés.

Son commandant était Herbert Lange.

La plupart des Juifs qui arrivaient au camp étaient informés qu'ils seraient traités équitablement et qu'ils recevraient de la nourriture en échange de leur travail.

Puis, on leur a dit qu'il fallait qu'ils prennent une douche afin d'être propre et que les vêtements devaient être désinfectés.

Ce qui était un énorme mensonge de la part des Nazis.

Les victimes étaient alors amenées jusqu'à une salle de déshabillage. Là, ils abandonnèrent leurs vêtements et objets de valeur.

Puis ils se sont retrouvés dans une camionnette à gaz. Portes fermées et verrouillées.

Après 10 minutes d'émanations de gaz, toutes les personnes à l'intérieur étouffèrent.

Par la suite, les corps furent jetés dans une fosse commune.

En 1944, au mois d'avril, les Nazis prirent la décision d'exterminer le Ghetto de Lodz alors Chelmno reprit du "service".

Entre le 23 juin et la mi-juillet 1944, ce sont plus de 7000 Juifs qui furent assassinés et jetés dans les fours crématoires (qui furent nouvellement érigés).

Le Camp fut ensuite fermé définitivement mais les massacres furent déportés vers le Camp d'Auschwitz Birkenau.

Le 17 janvier 1945, les Nazis ont massacré les 48 derniers prisonniers Juifs alors que l'armée Soviétique approchait du camp.

Seulement 3 d'entre eux, après s'être battus contre les nazis purent s'échapper.

Dans le camp de Chelmno, non seulement des Juifs perdirent la vie mais aussi 5000 Tziganes (Rom), des convois d'enfants qui venaient de Tchécoslovaquie, d'URSS et aussi de Pologne, des centaines de religieuses, des prisonniers de guerre soviétiques.

Plus tard...

Le procès du Sonderkommando Lange se retrouva devant la cour d'assises de Bonn (Allemagne) en 1962 et 1963. Ce procès permit de préciser combien de personnes furent tuées à Chelmno durant la première phase de décembre 1941 à avril 1943 : 145 500 personnes!

Puis durant la seconde phase d'avril 1944 au 19 janvier 1945 : 7176 personnes!

Le 19 janvier étant la libération du camp de Chelmno par l'armée Rouge.

Au terme d'une enquête, les autorités Polonaises ont estimé que 340 000 personnes (hommes, femmes et enfants) furent exterminées à Chelmno.

Parmi eux, il y avait aussi des français mais on ne peut actuellement en dire le nombre exact.

La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.
La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.
La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.

La camionnette d'extermination et en dernière photo l'arrivée par convoi au camp.

Carte des camps de concentration

Carte des camps de concentration

commentaires

Enigma, Paul Lawrence, tatouage sur tout le corps

Publié le 28 Janvier 2015 par Quilaztli dans Tatouage

Enigma, Paul Lawrence, tatouage sur tout le corps

Enigma, PL, tatouage sur tout le corps

Enigma dit l'énigme se nomme en vérité Paul Lawrence. C'est un américain qui fait des shows. Il est aussi interprète, musicien et acteur.

Il a subit de nombreuses modifications au niveau du corps, ainsi qu'au niveau des oreilles avec des implants corne. Il s'est fait remodeler, possède de multiples piercings et son corps est un grand puzzle.

Il a débuté sa transformation le 20 décembre 1992, sous l'aiguille de Katzen Tigre Lady.

Il l'épousera plus tard puis divorcera.

De nombreux tatoueurs sont passé pour le tatouer, on en recense plus de 200.

Au départ, PL dit l'énigme vivait à Seattle et il étudiait la musique à l'âge de 6 ans.

En 1991, il fut membre fondateur du Cirque Jim Rose.

Il part en tournée avec eux jusqu'en 1998 puis il part avec Katzen en tournée pour faire de la musique et des spectacles sous le nom de "Merveilles des hommes".

Pour Halloween, il va aux Universal Studios d'Orlando en Floride , pour les Horror Nights en 2007.

Là il fait divers spectacles avec du feu, des lames et de l'électricité.

Durant cette belle carrière, il apparait aussi dans des programmes télévisés et même dans un épisode de la série X-Files "Humbug". Là il joue un personne nommé l'énigme, personnage basé sur lui-même.

Il sera aussi présent dans Freaky Cirque Guy en 2005, c'est un film documentaire. Il sera au côté de Katzen, Danielle D'Meux et William Darke.

Il sortira aussi un DVD en 2008 intitulé "Théâtre Acid électrique". Ce DVD sera aussi vendu lors de ses spectacles et sur son site internet.

Le lien est disponible plus bas!

6è photo : avec Katzen son ex-femme6è photo : avec Katzen son ex-femme
6è photo : avec Katzen son ex-femme6è photo : avec Katzen son ex-femme
6è photo : avec Katzen son ex-femme6è photo : avec Katzen son ex-femme

6è photo : avec Katzen son ex-femme

commentaires

Les 70 Ans du camp de concentration d'Auschwitz, Pologne

Publié le 27 Janvier 2015 par Quilaztli dans Histoire

Les 70 Ans du camp de concentration d'Auschwitz, Pologne

Les 70 Ans du camp de concentration d'Auschwitz, Pologne

J'ai écris plusieurs articles sur ce blog concernant les camps de concentration, c'était important à mes yeux que personne n'oublie.

Le camp de concentration d'Auschwitz, 70 ans après, un triste anniversaire pour toutes ces personnes qui ont survécu à l'enfer de la déportation.

On se souvient des cris horribles des femmes qui étaient alors électrocutées sur les barbelés, le chemin du paradis qui emmenait directement les femmes, les enfants et les vieillard aux chambres à gaz.

Les derniers survivants de ce camp sont pour la plupart nonagénaires mais ils ont encore cette volonté de raconter aux plus jeunes ce qu'étaient les camps de concentration et la vie à l'intérieur de ceux-ci.

Ces survivants sont extrêmement forts et ils vont assister ce mardi aux cérémonies du 70e anniversaire de la Libération du plus grand camp de la mort qui ait existé.

C'était le 27 janvier 1945.

Les survivants comme Jozef Paczynski qui était le prisonnier n° 121 témoigne dans des reportages sur le camp.

Il est maintenant âgé de 95 ans. Il était le coiffeur attitré du bourreau d'Auschwitz : Rudolf Hoess.

Il ne sait toujours pas pourquoi ce commandant l'avait choisi parmi tant d'autres. Il fut affecté à l'unité des coiffeurs dès son arrivée en juin 1940.

C'était le premier convoi de prisonniers, environ 700 hommes, des politiques polonais.

A l'époque Jozef n'avait que 19 ans. Il dit avec du recul qu'il a été affecté à un "bon travail" dans le camp car il a survécu.

Un autre survivant Kazimiers Albin qui est désormais âgé de 92 ans, a pu survivre car il a réussi à s'évader le 27 février 1942, accompagné de 6 autres prisonniers.

Son n° de détenu le 118.

Ils se sont évadés alors que la température était de - 8° à - 10°, la nuit.

Pourtant le camp est sur, il y a eut peu d'évasions car elles sont très rares.

Il y a eut 130 000 déportés dans le camp de concentration d'Auschwitz et environ 802 prisonniers dont 45 femmes ont fait une tentative pour s'évader.

144 ont pu réussir mais 327 furent à nouveau arrêtés mais on ignore le sort des 331 restants.

Un million cent mille personnes sont mortes dont un million de Juifs venus de plusieurs pays d'Europe.

Autres témoignages :

Dow Paisikovic, né le 1er avril 1924 en Tchécoslovaquie. Il vit actuellement en Israël.

En mai 1944 il fut amené au ghetto de Munkacs puis au camp d'Auschwitz.

Il était le détenu A-3.076.

Ce numéro est tatoué sur l'avant bras gauche.

Il fut soumis à son arrivée au camp à une sélection comme tous les autres arrivants sur le site.

60 % étaient sélectionnés pour les chambres à gaz et les autres dirigés vers le camp.

Sa mère et ses 5 frères et soeurs furent dirigés vers les chambres à gaz.

Il n'y avait plus que lui et son père.

Dow fut incorporé dans le Sonderkommando. La découverte du "travail" fut terrible. Il devait porter les cadavres des victimes jusque dans une fosse de 6 mètres de largeur et 30 de longueur environ. Là il devait brûler les cadavres.

Dow faisait ce travail durant 18 heures d'affilées.

Son témoignage est à lire en totalité dans le lien que j'ai mis plus bas.

N'hésitez pas à lire mes autres articles sur les camps de concentration. Sur mon blog tapez catégorie HISTOIRE.

Photo 1 :  source le Monde , Photo 3 : auteur Joël SagetPhoto 1 :  source le Monde , Photo 3 : auteur Joël Saget
Photo 1 :  source le Monde , Photo 3 : auteur Joël SagetPhoto 1 :  source le Monde , Photo 3 : auteur Joël Saget

Photo 1 : source le Monde , Photo 3 : auteur Joël Saget

Photo 1 : auteur Le FigaroPhoto 1 : auteur Le Figaro

Photo 1 : auteur Le Figaro

commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 > >>