Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Quilaztli, un petit monde d'histoire

Blog Histoire, voyages, animaux, recettes. Je fais mes articles au gré de mes envies....Si certains veulent rajouter des infos n'hésitez pas à commenter, je répondrais. Mais ici, c'est le respect avant toute chose, commentaire insultant ou n'étant pas correct ne sera pas publié! Ici c'est un partage d'idées, d'infos et cela, en toute sympathie. Vous pouvez me retrouver sur ma page FB : Quilaztli un petit monde d'histoire

Le Camp de Schirmeck, Vorbruck-Schirmeck, Alsace, France

Publié le 23 Janvier 2014 par Quilaztli in Histoire

Camp de Schirmeck, Sicherungslager Vorbruck-Schirmeck

France

 

 

 

 

 

 

 

camp-de-Schirmeck.jpg

 

 

Le camp de Schirmeck fut un camp de redressement nazi qui était situé dans la commune de Schirmeck, en Alsace Annexée durant la seconde guerre mondiale.

Ce camp fonctionna de 1940 à 1944.

 

Le camp était destiné aux réfractaires au régime nazi qui étaient Alsaciens et Mosellans, aussi bien des femmes que des hommes, ainsi que pour faire des représailles aux familles.

Mais à vrai dire, le camp reçu des prisonniers d'un peu partout et selon l'évolution des lois répressives nazi.

Cela pouvait aller du vagabond aux ennemis de l'Etat.

 

 

La création du camp

 

 

C'est l'armée française qui fit construire un petit camp de 6 baraques durant la "drôle de guerre", à l'abri protégé de la vallée de la Bruche. Ces baraques étaient destinées à accueillir des réfugiés de la ligne de front.

 

La "drôle de guerre" est le nom qui a été donné à la période du début de la Seconde Guerre Mondiale car elle se situe entre la déclaration de guerre par la France et le Royaume-Uni (les alliés) à l'Allemagne nazie, le 3 septembre 1939 et l'offensive allemande du 10 mai 1940 sur le conflit.

C'est une période qui se caractérise par :

 

- la guerre russo-finlandaise ou la guerre d'hiver

- la campagne de Norvège

- la campagne de Pologne

- la question de Balkans et des pétroles du Caucase et de Roumanie

- la politique active d'armement de la part de tous les bélligérants

et enfin sur le plan intérieur, l'érosion du gouvernement français et britannique.

 

camp-schirmeck.JPG

 

 

 

Mais ce n'était qu'une parenthèse pour expliquer la "drôle de guerre".

 

Pour en revenir à la création du camp, c'est après la défaite que les allemands vont agrandir et transformer le camp en camp de rééducation.

"Erziehungslager ou Umschulungslager"

Puis en camp de sureté : "Sicherungslager".

 

 

Dans le camp

 

Le commandement du camp est confié à Karl Buck, un SS-Haupsturmführer. Il en sera le commandant jusqu'à la fin.

La violence et la terreur de Karl Buck, cet homme à la jambe de bois, ont marqué les détenus. Ceux-ci évoquent même l'insoutenable regard de Karl Buck.

 

Le camp de Schirmeck est difficile, c'est un camp de travail pénible et avilissant.

Il y a des interrogatoires, du harcèlement, brimades, coups, endoctrinement, tortures physiques mais aussi morales, des privations, des meurtres parfois par les nazis.

 

 

entree-du-camp.jpg

Tous les déplacements dans le camp s'effectuent en courant.

 

Un "Vorhof" (avant-camp) possède une Kommandantur (un commissariat), de petites cellules qui sont utilisées comme salles pour les interrogatoires par la Gestapo. Tout cela, non loin de la résidence de Karl Buck.

 

Au fond du camp, se situe le camp des femmes, la gardienne en chef était une Alsacienne.

 

Les Kommandos de travail issus du camp allaient dans les carrières de pierres d'Hersbach (le village d'à côté) et à la base aérienne d'Entzheim. C'était une grande source de revenus pour les nazis qui pouvait leur rapporter jusqu'à 150 000 reichsmark par an.

 

Le camp de Schirmeck se trouvait à environ 6 kilomètres du camp de concentration du Struthof. Ce sont les détenus de Schirmeck qui l'ont construit, à l'écart des montagnes.

 

On dénombre plusieurs exécutions au camp de Schirmeck même et plusieurs détenus ont été envoyé au camp du Struthof pour y être assassinés.

 

Au mois de septembre 1942, le camp de Schirmeck compte 1 400 détenus mais on estime à environ 25 000 le nombre total de personnes qui auraient été détenues dans ce camp.

 

 

Entree_prisonniers_Schirmeck.JPG

 

Les Prisonniers du camp

 

Comme dans les autres camps de travail ou de concentration, les prisonniers portent un bout de tissu distinctif qui est cousu sur leur vêtement.

 

- Rouge pour les prisonniers politiques

- Jaune pour les Juifs, les Polonais et les Russes

- Vert pour les clandestins

- A carreaux pour les asociaux et les droits communs

- Bleu pour les homosexuels, prostituées, ecclésiastiques

 

 

Le Camp de Rééducation

 

 

Visiblement cela concerne uniquement les détenus emprisonnés et libérés à la fin de leur peine.

Exemple : 106 jeunes gens de Hochfelden furent arrêtés pour avoir célébré publiquement le 14 juillet 1941, ou encore des familles des fusillés de Ballersdorf en 1943.

Pierre Seel, qui fut emprisonné jusqu'en mai 1941 pour son homosexualité. Il fut victime d'horribles tortures, puis libéré et incorporé car il était alsacien dans l'Armée Allemande, il fut muté sur le front de l'Est.

 

Pierre Seel né le 16 août 1923 à Haguenau et décédé le 25 novembre 2005 à Toulouse. C'est la seule personnalité qui était homosexuelle qui a témoigné à visage découvert de sa déportation durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

personnel-allemand.jpgPersonnel Allemand du camp

 

 

Schirmeck

 

Rien qu'évoquer le nom de Schirmeck, cela terrorisait les Alsaciens.

Et sous le manteau circulait cette prière :

 

""Lieber Herrgot, mach' mich stumm,

Dass ich nicht nach Schirmeck kumm!

Lieber Herrgot, mach' mich blind,

Dass ich alles sehr schön find!

Lieber Herrgot, mach' mich taub

Dass ich alle Lügen glaub'!"""

 

 

Traduction :

 

Mon Dieu, rends-moi muet,

Pour que je n'aille pas à Schirmeck !

Mon Dieu, rends-moi aveugle,

Pour que je trouve tout très beau !

Mon Dieu, rends-moi sourd,

Pour que je croie tous les mensonges !

 

 

 

La Fin du Camp de Schirmeck

 

Le camp qui fut mis en service le 2 août 1940 fonctionna jusqu'à la libération de celui-ci le 22 novembre 1944.

 

Karl Buck fut condamné à mort en 1946 par le tribunal militaire britannique à Wuppertal (Allemagne) ainsi que par le tribunal militaire de Rastatt en février/mars 1947, puis par le tribunal de Metz en janvier 1953 (ce jugement fut cassé).

Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité en juillet 1953, par le tribunal militaire de Paris.

Il fut néanmoins élargi après presque 10 années d'emprisonnement, le 6 avril 1955.

 

 

pierre-seel-deporte-homosexuel.jpgPierre Seel

 

 

 

A voir Absolument

 

 

J'ai cherché un site où il y avait des témoignages de personnes qui ont vécu l'enfer du camp de Schirmeck.

 

Voici ce site : http://cganier.perso.neuf.fr/camp-schirmeck.html

 

C'est très bien réalisé et plein de renseignements divers et de témoignages touchants.

 

 

Autre site :

 

http://www.devoiretmemoire.org/memoire/temoins_histoire/pierre_seel.html

 

 

 

 plaquecampsch.jpeg

 

 

Batiment-d-entree-du-camp-de---reeducation---de-Schir.JPGLe Bâtiment d'entrée du camp de nos jours.

 

carriere_01.jpg

 

Schirmeck.jpg

 

camp-copie-2.jpg