Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Quilaztli, un petit monde d'histoire

Blog Histoire, voyages, animaux, recettes. Je fais mes articles au gré de mes envies....Si certains veulent rajouter des infos n'hésitez pas à commenter, je répondrais. Mais ici, c'est le respect avant toute chose, commentaire insultant ou n'étant pas correct ne sera pas publié! Ici c'est un partage d'idées, d'infos et cela, en toute sympathie. Vous pouvez me retrouver sur ma page FB : Quilaztli un petit monde d'histoire

Le Camp de concentration de Dachau

Publié le 18 Juillet 2012 par Quilaztli in Histoire

Le camp de concentration de Dachau

 

 

 73392901sdff-jpg.jpg

Le camp de concentration de Dachau fut l’un des premiers camps construit par les Nazis.

Dachau est situé à une vingtaine de kilomètre de Munich en Allemagne, c’est une petite ville au cœur de la Bavière. La ville est entourée de marais et d’une grande végétation sauvage.

 

Le camp fut construit et mit en service sur l’ordre d’Himmler après qu’Hitler fut consacré par le Reichstag.

Le Reichstag est une assemblée parlementaire qui représente tout le peuple allemand durant la république de Weimar. (C’est le nom donné par les historiens pour la période de 1918 à 1933 pour décrire le régime politique).

 

Le camp de 1933 à 1939

 

prisoner15.jpg

Le camp est primitif et c’est au printemps de l’année 1933 que les allemands vont construire Dachau. C’est le tout premier camp de concentration mis en place.

 

Les personnes arrêtées pour leurs opinions politiques sont envoyées pour travailler à la réfection de vieux bâtiments d’usine d’une fabrique de munition désaffectée. Et ce, depuis la fin de la première guerre mondiale. 

 

La création du camp fut annoncée le 21 mars 1933 par le « Münchner  Neueste Nachrichten » (Les Dernières Nouvelles de Munich, un journal qui sera publié de 1848 à 1945) sous le titre très explicatif : « un camp de concentration près de Dachau pour des prisonniers politiques ».

 

Un préfet de police par intérim Himmler (Homme qui devint l’un des plus hauts dignitaires du Troisième Reich) fit une conférence de presse en ces termes : « Mercredi s’ouvrira non loin de Dachau, le premier camp de concentration qui pourra accueillir 5000 personnes. Y seront rassemblés tous les fonctionnaires communistes, marxistes et ceux appartenant au Reischbanner qui mettent en danger la sécurité de l’Etat. Car si nous voulons éviter une surcharge de l’administration, il n’est pas possible, à la longue, de maintenir les fonctionnaires communistes dans des prisons d’Etat alors qu’il n’est pas question non plus de les relâcher. Nous avons donc pris ses mesures sans aucunes mesquineries, convaincus de rassurer la population nationale et d’agir selon sa volonté ».

 

hitler-1.jpg

La Reischbanner est une organisation militaire créée en 1924. Elle a pour but de lutter contre la république de Weimar. Elle fut dissoute avec l’arrivée des Nazis en 1933 sans avoir réellement rempli son rôle.

 

En Autriche, un journal nommé « Le journal des travailleurs » a relaté des faits en mettant un titre éloquent à la une : « Une cinquantaine de meurtre à Dachau ».

 

Dès 1934, le monde entier sait grâce à la presse, tous les sévices qui sont organisés à Dachau. Les traitements radicaux exercés sur les Juifs et les politiques puis un peu plus tard, ce sera au tour des criminels de droits communs.  Un an après l’avènement d’Hitler, Dachau va recevoir les SA de Röhm. Röhm Ernst en est le fondateur, c’est un officier allemand, fondateur des « Sturmabteilung Nazies » (un bataillon d’assaut) c'est-à-dire les SA.

Peu de temps après, un commissaire d’Etat bavarois, Von Kahr, qui militait au départ contre les nazis et qui a fait semblant de les aider dans cette période trouble, fut assassiné au camp de Dachau.

 

Après l’Anschluss (annexion de l’Autriche par l’Allemagne en mars 1938), Dachau va accueillir plusieurs milliers d’autrichiens. Des partisans de Dollfuss et de Schuschnigg ainsi que des socialistes et des communistes qui ont été arrêtés dans une petite République annexée d’Hitler. Par la suite, plusieurs israélites arriveront au camp suite à l’assassinat du conseiller Von Rath à Paris par un jeune juif nommé Grynzpan.

 

DACHAU_CONCENTRATION_CAMP_1.png

Engelberg Dollfuss était le chancelier de l’Autriche du 20 mai 1932 au 25 juillet 1934 puis à partir du 4 mars 1933 il fut dictateur. Kurt Von Schuschnigg était chancelier de l’Autriche du 25 juillet 1934 au 11 mars 1938.

 

Le camp dénombrera aussi des Tziganes, des homosexuels et des témoins de Jéhovah sans oublier des « asociaux » comme par exemple des vagabonds ou encore des personnes arrêtées sans aucune raison apparente.

 

Le camp primitif a donc vu des milliers d’allemands détenus de 1933 à 1939. Il y a eut durant cette période une grande mortalité due à la grande brutalité des nazis (bastonnade, pendaisons ou encore fusillades…). A ce moment-là, la sous alimentation était encore supportable et le camp n’était pas débordé en prisonnier.

 

 

 

Le camp de 1939 à 1945

 

 

dachau12.gif

Le début de la Seconde Guerre mondiale est marqué par l’évacuation du camp. Les prisonniers sont répartis dans d’autres camps annexes comme Mauthausen situé en Autriche près de Linz et Flossenbürg non loin de la frontière de Tchécoslovaquie.  Cependant, pour améliorer le camp et le faire plus vaste certains détenus resteront.

 

C’est en 1940  au printemps que le nouveau camp de Dachau ouvrira à nouveau ses portes. C’est à partir de ce camp que tous les autres camps vont être construits de la même façon.

 

Le camp se présente sur un plan comme un rectangle toujours orienté nord-sud, entouré de barbelés en double rangée et par endroit, des miradors pour la surveillance des prisonniers.

Une grande place d’appel sera installée face aux 17 blocks logeant les détenus et sur le côté, un autre bâtiment qui concernera l’administration (magasins, ateliers, administration, cuisine, ateliers ou encore des bureaux).

 

Dans les 17 blocks se trouvent 4 chambres comprenant 75 lits qui sont disposés sur 3 étages. C’est là que les détenus seront logés et surtout entassés les uns sur les autres. Dans les 2 premiers blocks pairs se trouvent les cuisines, des ateliers et des bureaux. Dans les 2 premiers blocks impairs se trouvent uniquement l’infirmerie. Tous les autres blocks sont des habitations destinés à recevoir environs 300 détenus maximum.

 

Le camp reçoit plus de 35000 prisonniers alors qu’il était prévu pour seulement 9000.

 

 

La « population » du camp

 


DachauCampMap.jpg

C’est un univers concentrationnaire qui est une sorte de société bien structurée. Le premier niveau : le « Lagerälteste » (le responsable) puis les niveaux suivants jusqu’aux Kapos sont des postes privilégiés. Ils sont habillés correctement et portent des bottes en cuir alors que les détenus sont en sabots. Les SS distribuent des « cartes de cheveux » à certains détenus privilégiés mais ils en donnent très peu car le simple prisonnier a le crâne rasé.

 

Certains détenus ont la « chance » de pouvoir être affecté à un Kommando de travail. Ce Kommando n’est pas comme les autres, les prisonniers choisis peuvent y faire un travail non rude et où les SS ne les brutalisent pas trop. Dans ces Kommandos, seul quelques accidents fortuits provoquent une mort accidentelle. Ces déportés auront la possibilité de voler un peu de nourriture et de trafiquer sans se lier avec les SS ou les Kapos.

 

Dans cette hiérarchie se trouve la plus terrible, celle des non classés nommée « Uneingeteilt » (les non-répartis). Ce sont des détenus qui sont infirmes ou des vieillards à la recherche d’un Kommando de travail mais qui sont obligatoirement désigné vers des Kommandos rudes et difficiles ou alors orienté vers des camps d’extermination.

 

KL_Dachau_Block_X_crematory.jpg La Journée type d’un détenu au camp

 

Le camp vit selon un planning bien organisé. Les journées commençaient à 4 heures du matin en été et en hiver à 5 heures.  A 5 heures, les détenus devaient se trouver sur la place d’Appel puis de 6 heures à midi, ils devaient travailler.

 

A midi, ils avaient une « pose » pour manger d’une heure. Dans cette heure-là était compris l’aller-retour sur le lieu de travail). A 13 heures, les détenus reprenaient le travail jusqu’à 18 heures.

 

A 19 heures, tous les détenus étaient sur la place d’Appel pour vérifier si tous les prisonniers étaient présents. Puis à 21h, l’heure du coucher.

 

 

 

dachauLes détenus étaient nourris de la façon suivante :

 

Le matin, ils recevaient ½ litre de café et 350 grammes de pain.  A midi, une soupe généralement de choux ou de carottes (6 fois par semaine) et une fois par semaine, ils recevaient un litre de soupe aux pâtes.

Le repas du soir se composait de 30 grammes de saucisson ou de fromage plus ¾ de litres de thé (4 fois par semaine) et  un litre de soupe (3 fois par semaine)

 

Les sanctions dans le camp

 

Les sanctions étaient les mêmes pour tous les camps de concentration. Les SS se chargeaient de les appliquer : flagellations, privation de nourriture, bastonnades, changement de Kommando de travail pour un autre plus dur, plus astreignant, travaux supplémentaires, exercices punitifs, station prolongée debout sans bouger ou suspension par les poignets à un poteau. Et dans les cas extrêmes, mort par assommage, tortures de toutes sortes jusqu’à la mort, pendaisons et tuer par balles. Mais c’est la bastonnade qui était la punition la plus fréquente dans le camp.

 

 

 

 

 

Le camp de Dachau et sa particularité

 

Le camp était l’un des camps modèles pour les autres camps de concentration. C’est en 1942 que le camp devient un camp dit « modèle ». Les kapos ont perdu le droit de vie et de mort sur les détenus (mais cela n’est que de la théorie car ce droit reste toujours en pratique). Les exécutions des prisonniers seront données uniquement par la hiérarchie SS.

 

Dans le camp, on installe des infirmeries et de vrais médecins vont remplacer les « Reviers ». Les « Reviers » sont des personnes non qualifiées dans le domaine. Le camp aura aussi sa propre salle d’opérations ainsi qu’un dentiste.

 

La classification des camps de concentration se base sur le niveau de la dureté de vie dans le camp. En ce qui concerne le camp de Dachau, il sera au niveau 1 c'est-à-dire que la vie y est le moins pénible.

 

La surprise dans le camp sera l’installation d’une maison close dans le Block 31. Ce sont des prostituées, environs 4 ou 5, qui vont reprendre leur ancien travail. Seuls les Kapos et les droits communs en seront les clients.

 

 

Table_dissection.jpg

Le Straflager

 

 

Le Straflager est un camp disciplinaire qui accueille les prisonniers et les criminels engagés dans la « Waffen SS ». Il y aura quelques SS français engagés volontaires qui y seront emprisonnés vers la fin de la guerre.

 

Plus d’un millions d’hommes seront répartis dans la Waffen SS suite au recrutement massif fait par les SS lors du revers qu’ils ont subis par l’URSS. Ces hommes sont des criminels ou des aventuriers qui ne supportent pas la vie du combattant. Ils seront traduits en justice s’ils sont fautifs. Et c’est à Dachau que le camp disciplinaire sera implanté.

 

Le Block spécial

 

Lorsque les Nazis arrivent au pouvoir, de nombreux prêtres catholiques ainsi que des pasteurs sont emprisonnés car ils sont contre les exactions des camps ainsi que contre l’euthanasie.  Pourtant Hitler avait tenté de ne pas trop lutter contre l’église pour ne pas s’aliéner les partisans qui étaient croyants. C’est en 1940 qu’il décide de négocier avec les hautes instances religieuses et qu’il accepte de faire un regroupement des religieux dans le camp de Dachau.

 

Durant toute la guerre, ce sera à Dachau que toutes les confessions différentes seront réunies pour y être emprisonnées.  Ces prêtres auront des blocks qui leur seront affectés : les Blocks 26 et 28.  En 1944, le Block 28 abritera plus de 800 religieux polonais (au départ, ils étaient 1800).

 

Les prêtres qui ont une autre nationalité seront dans le Block 26, parmi eux 300 allemands. Ils occuperont 3 chambres sur 4. La quatrième étant destinée à une chapelle. Une seule messe sera possible par jour selon l’accord qui a été conclu. La chapelle sera uniquement pour les clergés car ils seront exemptés de Kommandos de travail. Ils auront droit à une nourriture meilleure et auront droit de coucher dans des sacs de couchage ainsi qu’un accès  à la bibliothèque.

 

Pourtant certains prêtres pourront aller travailler dans les bureaux et ce, jusqu’en 1943, date à laquelle il y aura une interdiction car un prêtre fut pris car il tentait de faire parvenir un dossier relatant ce qu’il se passait dans le camp vers l’extérieur.

 

ravensbruck_tillion_operette_camp_concentration_inside.jpg

Les incorporés de force

 

C’est en 1944 que les SS décident d’incorporer de force certains prisonniers aptes à tenir une arme à feux.  Les détenus subissent une quarantaine puis les SS leur donnent un uniforme et ils peuvent sortir pour aller dans des formations disciplinaires. Celles-ci sont dirigées par le Général Direlwanger.

 

Oskar Paul Direlwanger a dirigé la brigade « Direlwanger », une unité de SS qui se battra sur le front de l’Est et dont les détenus incorporés seront pour la plupart exterminés. Au camp de Dachau, on appellera cette brigade : « Kommandos pour monter au ciel ».

 

La chambre à gaz

 

Les Nazis ordonnent vers la fin juillet 1942 la construction d’une chambre à gaz : « Baracke 10 fut son nom de code. »

Elle fut construite toujours selon le même concept c'est-à-dire un local pour se déshabiller et une chambre de douche camouflée puis une morgue.

Rien ne prouve que cette chambre à gaz ait fonctionnée, aucun document officiel n’en fait mention. Certains disent qu’elle n’aurait jamais fonctionnée parce que les détenus qui l’ont construite l’auraient tout simplement sabotée.

Au camp de Dachau, les prisonniers étaient surtout fusillés ou pendus.

 

 

dachau-fence.jpgExpériences médicales

 

Des expériences ont été réalisées au camp comme la limite de la résistance physique humaine qui mène aux grandes altitudes. Les prisonniers étaient enfermés dans des chambres hermétiques et la pression était diminuée à 40 de mercure. Certains détenus moururent et d’autres gardèrent des séquelles.

 

D’autres expériences furent faites pour trouver des traitements sur des hommes ayant été exposés à de très basses températures.  Ainsi les détenus étaient plongés dans de l’eau juste en-dessous de 0° durant plusieurs heures (3 heures environ) et sur les détenus qui avaient survécus on appliquait différentes méthodes de réchauffement où encore de réanimation lorsque le cas l’imposait. D’autres victimes subissaient les grands froids et étaient exposées nues, dehors par une température en-dessous de 0°. Plus leurs membres gelaient et plus les prisonniers hurlaient.

 

De 1942 à 1945, la malaria fut inoculée dans le camp de Dachau sur des détenus. Tout cela pour trouver des remèdes et les tester sur eux. Beaucoup sont morts et d’autres furent invalides.

 

Suite à cela, le 20 août 1947, les médecins Nazis seront condamnés. Cinq à des peines d’emprisonnement, sept à une condamnation à mort, cinq à la prison à vie et sept seront acquittés. Personne ne peut dénombrer toutes les victimes qu’ils ont faites durant cette période au camp de Dachau.

 

De quelle nationalité étaient les prisonniers ?  

 

Les premiers détenus étrangers arrivés au camp de Dachau étaient des Tchèques et des Polonais. Puis le camp reçu des norvégiens, espagnols, français, belges, hollandais, luxembourgeois, russes, yougoslaves, italiens et danois. On retrouva même quelques suisses mais en faible quantité.

 

A l’été 1944, le camp reçoit en grande masse des français. Ils sont 2140 le 20 juin puis 256 le 26  et enfin 1416 le 5 juillet. Ce convoi sera celui du « convoi de la mort » car au départ, les prisonniers sont partis de Compiègne et ils étaient 2400. A leur arrivée, ils n’étaient plus que 984.

D’autres arrivèrent plus tard du camp de Natzwiller-Struthof le 4 septembre, ils étaient 2406 puis le 6 septembre, une autre arrivée de 1990 détenus les jours suivants. De cet autre camps, les prisonniers arrivèrent par 200 par la suite et ce, jusqu’au 18 novembre.

 

 

 

AFS_JF_map_C6_uk.jpg

La fin du camp, les derniers mois de Dachau

 

Peu avant la fin du camp de Dachau, il y eut une épidémie de typhus et l’organisation d’une résistance des déportés.

 

Le typhus

 

Lorsque la maladie du typhus explose, c’est un médecin nommé Fournier qui décrira les débuts de ce drame. Il était docteur au block 23. Ce block se trouvait déjà en quarantaine à cause d’un cas de typhoïde qui avait été détecté. 

 

Pour en savoir plus n’hésitez pas à lire ceci :

https://sites.google.com/site/passeursdememoireduvaldoise/fournier-andre

 

Il raconta que l’épidémie se fit très rapidement qu’elle vint tout d’abord des blocks 21 puis 25 les premiers jours et ensuite, les autres blocks furent aussi contaminer.  Il y eut beaucoup de décès suite au Typhus.

 

La résistance dans le camp

 

Certains déportés s’organisèrent de façon à bloquer la grande machine de guerre allemande et tout cela, malgré une surveillance accrue des soldats SS du camp.

Les prisonniers sabotaient les machines en y infiltrant des substances abrasives mais une autre idée moins dangereuse pour eux fut aussi mise en place,  ils faisaient tout pour ralentir les chaines de fabrication. Ou ils tentèrent l’effet inverse avec une produit en masse de pièces ce qui donnaient du mal au SS pour le stockage.

 

D’autres déportés vont alors s’unir pour s’entraider et tenter de se défendre contre les Nazis mais tout cela dans la mesure du possible. Plusieurs nationalités vont constituer des comités de résistance. Mais tout se fera dans l’anonymat et surtout clandestinement.  Des mesures seront prises pour détecter les mouchards mais aussi pour les neutraliser. Quelques groupes de combat seront mis en place dans les sections Kommandos alors que les détenus sont entrain de travailler.

Les derniers mois du camp de Dachau vont être désastreux mais surtout dramatiques.

 

Une libération attendue

 

C’est le 20 avril 1944 que les détenus vont enfin voir les alliés qui sillonnent le ciel en avion. Ils entendent au loin des bruits de canon. Le 22 avril sera le jour où l’on apprendra la chute du camp de Nuremberg.

Dans la nuit du 28 avril, tous les SS quittent le camp et le 30 les alliés libèrent Dachau. Ce sont des américains.

Au moment de la libération du camp, celui-ci compte 3000 allemands, 6000 soviétiques, 6000 français, 12000 polonais, 2000 tchèques, 6000 italiens, 1500 slovènes, des centaines de grecs, norvégiens, belges, hollandais et danois, 11 anglais, un albanais et une poignée de suisses. 

Le camp aura reçu plus de 250 000 détenus de toutes nationalités (23 nations), environ 70000 ont trouvé la mort à cause des sévices et expériences subies, 140000 furent envoyés vers d’autres camps et seulement 33000 furent libérés grâce aux sauveurs américains le 29 avril 1945.

 

Vue par satellite du camp de Dachau


http://www.wikimapia.org/#lat=48.270367&lon=11.468283&z=16&l=2&m=b

 

 Table_dissection-copie-1.jpg