Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Quilaztli, un petit monde d'histoire

Blog Histoire, voyages, animaux, recettes. Je fais mes articles au gré de mes envies....Si certains veulent rajouter des infos n'hésitez pas à commenter, je répondrais. Mais ici, c'est le respect avant toute chose, commentaire insultant ou n'étant pas correct ne sera pas publié! Ici c'est un partage d'idées, d'infos et cela, en toute sympathie. Vous pouvez me retrouver sur ma page FB : Quilaztli un petit monde d'histoire

Gross Rosen, Camp de concentration, Basse Silésie

Publié le 8 Février 2015 par Quilaztli in Histoire

Plan du camp

Plan du camp

Gross Rosen, Camp de concentration, Basse Silésie

Ce camp de concentration avait pour nom Rogoznica, en Polonais. Il était situé à un kilomètre et demi au sud du village de Rogoznica. La région regorgeait de carrières de granit.

Au départ en 1940, le camp servait de camp de travail, de sous-camp de concentration de Sachsenhausen. Il avait pour objectif d'exploiter les carrières des alentours qui produisaient du granit.

Le camp fut bientôt transformé en camp de concentration autonome et par la suite, il y eut une centaine de camps de travail, tous situés en Basse Silésie. Ces camps furent rattachés au camp de Gross Rosen.

En 1942, dans la partie ouest du camp, une nouvelle partie fut réalisée et elle fut rattachée comme sous-camp d'Auschwitz.

Une autre dépendance de ce camp abrita les Juifs de Schindler qui survécurent à l'Holocauste. Cette dépendance était dans la ville de Brunnitz en Tchécoslovaquie.

Le camp ainsi que tous les sous-camps ont eut plus de 125 000 détenus avec une grande majorité de Juifs et de Polonais.

Le nombre de victime dans ce camp est d'environ 40 000 personnes.

Le DR Karl Babor était un médecin du camp, c'était un expert de la seringue de phénol.

Après la guerre, il fut interné par les Alliés, mais il fut par la suite libéré car il n'avait "rien fait de mal". Il reprit donc des études de médecine à Vienne et devint médecin officiel.

Les anciens détenus du camp de Gross-Rosen l'ont traqué mais Karl Babor s'enfuit alors en Afrique.

La plupart des prisonniers devaient construire un grand nombre de sous-camps et tout allait en s'accélérant durant l'été 1943.

Les Juifs représentaient le plus grand groupe parmi les victimes de Gross-Rosen. A partir de la fin de 1943, il y avait 57 000 Juifs dont 26 000 femmes.

Le 18 juin 1941, les premiers prisonniers Juifs qui arrivèrent au camp furent envoyé au camp de concentration de Dachau. Ils étaient 48 à ce moment-là. Puis 32 partirent pour Sachsenhausen le 13 août, 21 le 18 septembre et enfin 94 le 20 septembre.

En 1942, le taux de mortalité restait tout de même très élevé. A la fin de 1941, on comptait 84 morts et d'autres détenus devinrent des squelettes vivants.

En 1941, au mois de décembre, certains détenus furent victimes d'une sélection pour le programme d'euthanasie.

Les détenus qui étaient considérés comme "handicapés" furent envoyé à Dachau, d'autres au nombres de 37 furent dirigés vers Auschwitz le 16 octobre de cette même année.

C'était dans le cadre de l'élimination des Juifs qui étaient situés dans les camps du Reich.

Durant une période de 12 mois, le camp de concentration de Gross-Rosen fut "Juden-Frei"

c'est à dire "Sans JUIFS".

1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit
1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit
1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit
1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit1. le Camp 2. baraquement N° 40  3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit

1. le Camp 2. baraquement N° 40 3. vue du camp 4. le crématorium à la libération du camp. 5, le crématorium aujourd'hui. 6. la fosse des victimes 7. la carrière de granit

Dr Karl Babor, médecin du camp 2. le dentiste du campDr Karl Babor, médecin du camp 2. le dentiste du camp

Dr Karl Babor, médecin du camp 2. le dentiste du camp

le camp de nos joursle camp de nos jours
le camp de nos joursle camp de nos jours
le camp de nos joursle camp de nos jours

le camp de nos jours